mardi 29 novembre 2011

Audience de Wikisource

Lin Kristensen, cc-by-2.0
La déclinaison française de Wikisource vient de fêter son 8e anniversaire. L'occasion de faire le point sur son audience.

Les statistiques concernant les contributions et les visites de Wikisource en français sont dorénavant synthétisées (lien). Il demeure possible de consulter les statistiques complètes pour chaque langue (lien) et le comparatif de l'ensemble des sites Wikisource (lien).

Le nombre de pages vues pour le mois de novembre (qui n'est pas encore terminé) est de 7,8 millions. L'ensemble des sites Wikisource totalise 46 millions de pages vues.

Les 10 wikisources les plus consultées sont : allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, français, hébreu, italien, polonais, russe. Ces 10 sites représentent 81% des 46 millions de pages vues.

A titre de comparaison voici quelques audiences de sites culturels français :
Gallica : 350 000 pages vues par jour, ce qui fait environ 10 millions de pages vues par mois (source : Gallica, p.6)
Portail du ministère de la Culture : 6,6 millions de pages vues par mois (source : ActuaLité)
Louvre : 11,6 millions de pages vues en 2010 (source : Rapport d'activité 2010, p.63)
Château de Versailles : 5,6 millions visiteurs uniques en 2010 (source : Rapport d'activité 2010, p.21)

14 commentaires:

  1. Wow. Alors comme ça, fr.wikisource talonne de si près Gallica ? Je l’avais pas vue venir, celle-là.

    Merci pour le billet !

    RépondreSupprimer
  2. Eh bé. Je dois avouer que j'étais assez impressionné par le développement du projet ces derniers temps — en particulier, la généralisation de la mise en regard du PDF et de la retranscription. Sans avoir un stock comparable à Gallica (100 000 œuvres vs. plusieurs millions, sans compter les innombrables numéros de presse), Wikisource possède une interface de pointe. Chapeai bas.

    RépondreSupprimer
  3. Pas de miracle. Il suffit d'avoir essayé de lire une oeuvre directement sur Gallica pour comprendre que c'est à peu près impossible. Alors on télécharge (si on y arrive, l'interface de Gallica est aussi labyrinthique qu'un site de la sécurité sociale française) et on lit chez soi. Alors que Wikisource invite à feuilleter, lire, et se promener, ça fait des pages vues (mais un gros manque: pas de téléchargement de l'ouvrage entier dans un format réutilisable).

    RépondreSupprimer
  4. Wikisource serait 65536 fois mieux si on pouvait télécharger les livres au format epub (ouvert, simple, documenté et géré par presque toutes les liseuses numériques).

    Déjà c'est une véritable galère pour télécharger un livre en PDF à cause d'un sur-découpage idiot (un fichier par livre c'est trop simple, il faut tout morceler en chapitre ce qui oblige à faire des vraies contorsions avec l'outil de création de collections).

    Je suis un fervent défenseur de Wikipédia, mais Wikisource souffre d'énormes défauts. Et s'il est mieux que Gallica c'est parce-que ce dernier est inutilisable.

    RépondreSupprimer
  5. Pas si vite, Gallica est à 15 millions de pages vues pour novembre, ça a beaucoup augmenté depuis 2010. Soit 2 fois plus que wikisource qui fait quand même de très bons scores !

    RépondreSupprimer
  6. @gui : merci pour l'info. Existe-t-il une référence publique permettant de connaître l'audience de Gallica ?

    Je n'ai tiré aucune conclusion, car l'indicateur "pages vues" n'est guère pertinent pour des sites différents (l'un permet de lire offline les livres, l'autre proposant de lire les livres uniquement online). Mais nous ne disposons pas de meilleur indicateur : nombre de visiteurs uniques, temps de consultation...

    @Le cinéphile déviant : en effet, Mediawiki nécessite d'évoluer pour offrir de nouveaux services aux lecteurs.

    RépondreSupprimer
  7. @ Le cinéphile déviant : une erreur fréquente au sujet de Wikisource est de penser que Wikisource devrait être un site comme ceux qui proposent des livres dans plusieurs formats. En fait, comme son nom l'indique, Wiki-SOURCE a d'abord été conçu pour être un dépôt de documents. De ce point de vue, le projet remplit très bien son rôle. Les fichiers à télécharger sont secondaires, ne peuvent qu'être dérivés de cette tâche fondamentale. Ce développement se fera très certainement, mais il faut juste ne pas demander à Wikisource ce qu'il n'est pas censé faire. En plus c'est du bénévolat, alors se plaindre sur un point qui n'est pas prévu a priori dans le projet alors qu'il y a déjà des milliers de textes édités, ce n'est pas très sympathique.

    RépondreSupprimer
  8. @Le cinéphile déviant : Je ne peut rien promettre mais à priori on aura un export epub pour Noël via un outil externe.

    RépondreSupprimer
  9. @Pyb : la référence publique c'est le rapport d'activité de la BnF (http://webapp.bnf.fr/rapport/html/accueil.htm) mais il n'y a pas encore les chiffres pour 2011.
    Le chiffre intéressant c'est surtout le nombre de visiteurs uniques. Sur Gallica comme sur Wikisource les gens qui connaissent restent longtemps et voient beaucoup de pages. Le problème c'est que trop peu de gens connaissent (ou que les interfaces sont encore trop complexes pour le grand public si j'en crois les commentaires précédents...)
    Sinon j'attends aussi l'export ePub sur wikisource ;-)

    RépondreSupprimer
  10. Chiffres très intéressants !

    Dommage, il n’existe pas encore de statistiques pour toutes les Wikisources (49 sur 58). Cela doit diminuer les chiffres globaux et cela m’aurait intéresser de connaître les chiffres pour la version bretonne.

    On a des chiffres sur les autres « concurrents » ? (Internet Archive, G00gle Books, Gutenberg, etc.)

    PS: je crois que l’on attend tous l’export (ePub au minimum pour commencer)

    RépondreSupprimer
  11. @ Marc Mouais, je vois pas l'intérêt d'avoir un dépôt si c'est la croix la bannière pour récupérer/exploiter une oeuvre. Un peu comme si on rangeait un livre dans une bibliothèque fermée à clé et pas touche alors que je veux pouvoir charger ce livre en format epub pour le lire dans le métro sur mon téléphone. Pour cela, je suis obligé de passer par un autre site comme http://www.ebooksgratuits.com/
    On oublie un peu l'utilisateur final dans tout ça.

    RépondreSupprimer
  12. @Thesupermat : « alors que je veux pouvoir charger ce livre en format epub pour le lire dans le métro ».

    Oui, mais ce n'est pas cela que j'explique et dans ton propos c'est toi qui imagines ce que devrait être l'utilisateur final. Wikisource est d'abord un dépôt, et non il n'est pas fermé (?). Le fait de pouvoir consulter les textes page par page permet de fournir des références précises, fiables et durables (avec images et transcriptions). Il y a par exemple de plus en plus de références à Wikisource dans des livres imprimés, et donc ici Wikisource joue son rôle. Un point qui est dommage, c'est que Wikipédia ne semble pas utiliser énormément Wikisource en ce sens.

    Maintenant, à partir de ce dépôt, il y a des outils qui vont être développés pour un type d'utilisateurs, celui dont tu parles (voir message de Tpt). On peut encore ajouter de nombreux outils pour répondre à différents besoins (par exemple des outils bibliographiques), mais il n'en reste pas moins que Wikisource est d'abord une source et n'est pas fait en vue exclusivement d'un certain utilisateur final.

    RépondreSupprimer
  13. @Marc un début d'outil bibliographique existe via le lien citer le livre dans le menu "Boites à outils".

    RépondreSupprimer
  14. J'ai oublié de préciser dans mon message que j'apprécie le travail des bénévoles de Wikisource. J'ai d'ailleurs participé dessus quelques fois (même si je suis plus actif sur Wikipédia). Bravo à tous ceux qui bossent là-bas et encore merci à eux.

    Mais ça n'enlève rien au fait que je trouve que la fonction d'exportation en epub manque cruellement. Et c'est d'autant plus rageant que Wikisource est très fourni et contient de plus en plus d'ouvrages que j'aimerais pouvoir lire à tout moment.

    RépondreSupprimer