mercredi 21 mars 2012

Comment un prof a pourri le web

J'ai découvert l'article Comment j'ai pourri le web d'un enseignant de lettres modernes au lycée. Avec fierté, il y relate ses actes de vandalismes. Un jeune un peu moins éduqué se serait filmé en train de faire un tag sur un mur, casser un abri bus et posté le tout sur une plateforme de partage de vidéos. Loys, qui maitrise la langue française grâce à ses nombreuses années d'étude, nous gratifie d'un long article. Son acte a été murement réfléchi. Il s'agissait de montrer à ses élèves qu'il ne fallait pas recopier bêtement le premier texte qui leur passe sous les yeux. Rien de mieux que de détériorer un article de Wikipédia en y insérant des choses fausses.

Après avoir relaté ses exploits, il se justifie, souhaite attirer l'attention et est même fier de sa nouvelle réputation. Toute ressemblance avec un documentaire de TF1 n'est que fortuite et pur hasard.

Loys est prof, il est diplômé, et il a parfaitement le droit de faire cela. Ce n'est pas un collégien qui éventre une banquette du métro, casse une vitrine, met le feu à une poubelle

Pourtant il détruit le travail d'autrui. Wikipédia, c'est plus de 10 ans d'efforts de la part de milliers de personnes. Des internautes y mettent leur savoir, d'autres classent les articles, corrigent l’orthographe. Une dernière catégorie fait un boulot ingrat, tellement ingrat que c'est généralement des collégiens et des lycéens qui consacrent des heures et des heures à surveiller les modifications. Chaque jour, il y a plus de 10 000 modifications sur la Wikipédia francophone. Comme il y a de nombreux Loys, des bénévoles troquent leur plume pour leur casquette de pions. Parmi ces Loys, il a de nombreux élèves qui sont au CDI. Wikipédia n'accuse pas l'éducation nationale de laisser ces jeunes derrière un ordinateur sans surveillance ! On essaye de sensibiliser les collégiens, de trouver un système de réprimandes ou d'alerter les responsables informatique des établissements.

Ce qui est tolérable de la part d'un enfant de 14 ans, ne l'est pas de la part de personnes très éduquées, chargées de l'enseignement  ! Insérer volontairement des erreurs dans l'encyclopédie est à mes yeux un acte de vandalisme !

Il n'est pas obligatoire de participer à Wikipédia. De plus, l'éducation nationale n'a pas à s'inquiéter. L'État de verse pas d'argent pour faire fonctionner Wikipédia

Je demande simplement de ne pas mettre de bâtons dans les roues de Wikipédia. Qu'on ne donne pas le mauvais exemple. Loys va recommencer avec toutes ses classes ? chaque année ? Et si tous les enseignants s'y mettent ? Wikipédia n'est pas un torchon !

Une des leçons tirées par ce prof est que les élèves au lycée n'ont pas la maturité nécessaire pour tirer un quelconque profit du numérique en lettres. A la lecture de son article, je tire une autre conclusion : si Wikipédia échoue, c'est que les gens n'ont pas la maturité nécessaire. Wikipédia est ce qu'on en fait. C'est un gigantesque tableau noir où chaque internaute se voit confier une craie. Certains s'en servent utilement, d'autres comme Loys non. Si cette dernière catégorie de personne l'emporte sur la première, Wikipédia échouera. A chacun de voir s'il souhaite améliorer ou dégrader le monde dans lequel nous vivons.

samedi 3 mars 2012

Mes propositions pour l'emploi des photographes

Vous vous souvenez tous de cette première attaque survenue peu de temps avant noël 2007. Une bande d'internautes a tué le Quid privant des milliers d'enfants de cadeaux cette année là.

Cette bande a récidivé en s'attaquant au marché de la photographie professionnelle. Comme le rappel l'union des photographes professionnels (UPP), « le développement d’une offre de photographies gratuites ou low cost par des sites communautaires (ex : Flick’r ou Wikimedia) ou par des banques d’images appelées microstocks (ex : Fotolia) a eu des effets catastrophiques sur le marché de la photographie professionnelle. »

Armés d'armes de destruction massives (des appareils photos bas de gamme et des licences Creative Commons et prônant des thèses malsaines comme le partage et le bénévolat), ces amateurs sévissent dans cette zone de non-droit qu'est internet.

Voici mes 8 propositions pour les candidats à l'élection présidentielle 2012 :
  1. Les sites communautaires prônant le partage seront fermés
  2. Un fichage des photographes amateurs sera réalisé
  3. La publication de photo sur Internet sera interdite aux photographes amateur
  4. Le port d'appareil photo sur la voie publique sera interdit aux photographes amateurs
  5. Les accréditations seront uniquement délivrées aux photographes professionnels
  6. La profession de photographe sera réservée aux résidents français ayant au moins 10 000 euros de matériel photo
  7. Pour sauver l'emploi, le partage et le bénévolat seront banni des manuels scolaires
  8. Les éléments récalcitrants suivront un stage de rééducation d'Hadopi

Plutôt que de vouloir limiter les libertés des photographes amateurs, l'UPP devrait promouvoir la profession de photographe (expérience, disponibilité, respect des délais, respect des exigences du client, maitrise de la chaine qui part de la demande d'autorisations au contrat de vente)